Sunday, 13 August 2017

Bob Barber sm, Provincial d’Australie :Pourquoi la paroisse St Patrick’s est si spéciale




 

 

 

A notre Chapitre provincial de 2012, nous, les Maristes australiens, avons décidé de faire un effort concerté pour garder la paroisse St Patrick, un ministère très spécial pour nous dans les Rocks, à Sydney. Nous nous battrons pour y envoyer du personnel, mais nous croyons que St Patrick’s devrait continuer comme une œuvre de la Société de Marie  tout entière comme c’était  le cas avant la création de la Province d’Australie.

 

 

St Patrick's : un lieu d’une grande signification historique pour l’Eglise catholique en Australie

 

L’Eglise catholique en Australie est née dans la région des Rocks, à Sydney, où les premiers colons européens en Australie se sont établis en 1778. En 1818, un prêtre irlandais, le Rev Jeremiah O’Flynn, déporté en Australie comme immigrant illégal, a passé six mois dans la colonie. En partant, il a laissé le Saint Sacrement dans la maison de William Davis, au coin des rues Harrington et Grosvenor, aux Rocks. Ces espèces consacrées sont devenues le centre de la prière et de la vénération quotidiennes des catholiques de Sydney.

 


Une paroisse a été établie plus tard. Avant de mourir en 1868, le premier curé de St Patrick demanda que la paroisse fût confiée aux soins des Pères maristes, qui étaient présents à Sydney de façon discrète depuis 1845, et qui tenaient une Procure pour les Missions maristes d’Océanie. Le P. Victor Poupinel, assistant général, obtint de l’Administration générale de la Société en France, la permission de faire prendre en charge la paroisse par les Maristes.

 
Le P. Victor Poupinel

St Patrick’s : un lieu de mission pour la Société tout entière

 

Quand le P. Joseph Monnier sm, premier curé mariste de St Patrick, mourut en 1874, sa chambre fut vidée par de pieux dévots en quête de reliques et de souvenirs !  Après lui, la paroisse fut desservie par les PP. Heuze, Le Rennetel, Ginisty et Piquet.  A plusieurs reprises, le P. Piquet, resté à demeure pendant 56 ans, eut des problèmes avec les autorités maristes et diocésaines à cause de son approche pastorale miséricordieuse ; beaucoup de catholiques de Sydney le considéraient comme un saint vivant. Certaines personnes très âgées parlent  encore des queues qui allaient de la rue en face de l’église jusqu’à son confessionnal.

 

La seconde période de l’histoire mariste de St Patrick commence quand la responsabilité de la paroisse est confiée à la Province de Nouvelle-Zélande, dont l’Australie faisait partie. Le premier curé néo-zélandais fut le P.  Dan Hurley sm, qui fit partie du personnel de St Patrick pendant 34 ans. Le modèle qu’il introduisit continue d’être suivi 80 ans plus tard, avec de longs temps d’adoration du Saint Sacrement, des messes tout au long de la journée, et de longues heures de confessions tout au long de l’année. En 1938, la Province d’Australie fut érigée, et des confrères australiens locaux remplacèrent leurs confrères kiwis.

 

St Patrick's aujourd’hui

 

Quelques “slogans”  disent pourquoi ce ministère est si important de nos jours.

 

"Oasis dans la ville". En semaine beaucoup de gens s’arrêtent à St Patrick pour une visite alors qu’ils sont en ville pour leur travail. Aux heures creuses, quand il ne se passe rien de spécial, on trouve souvent de 10 à 20 personnes à prier tranquillement, souvent devant le Saint Sacrement exposé. Le vacarme et la cacophonie de la ville, de l’autre côté de la porte d’entrée, sont à un million de km de là. St Patrick est un endroit de grande sérénité.

 


 "La deuxième paroisse de chacun". Pour toutes sortes de raisons, un bon nombre de personnes de tout Sydney viennent régulièrement à la messe à St Patrick le dimanche, à telle ou telle heure. Beaucoup d’autres le font quand quelque chose les a empêchées d’aller dans leurs propres paroisses. « Nous trouverons une messe à St Patrick » : l’expression est fréquente chez les catholiques.

 


"Un endroit pour se confesser". Je pense que c’est probablement la clé de la popularité de St Patrick, et de son importance à Sydney : traditionnellement, c’est un lieu de confession. A la suite de confesseurs renommés tels le P. Piquet et le vétéran Père néerlandais Van Houte, la miséricorde vécue par les pénitents à St Patrick dans le sacrement de réconciliation est devenue légendaire.

 

Chaque dimanche, 12 heures d’affilée, un prêtre est disponible pour les confessions. En semaine, un prêtre est au confessionnal 28 h en tout, voire plus si nécessaire. En moyenne, 800 confessions sont entendues chaque semaine. Je suppose que dans le monde aucune autre église de centre-ville ne totalise plus de 40.000 confessions dans l’année…

 


Ce sont simplement quelques-unes des raisons pour lesquelles St Patrick est une oeuvre aussi importante  pour la Société, et qu’elle a tant de valeur pour l’Eglise catholique à Sydney.

 

 

 

 

 

No comments:

Post a Comment