Sunday, 10 January 2016

Carmen Street, Brescia


Merci à Faustino Ferrari sm pour ces informations


Eglise Ste Maria del Carmine
En 1981, les Maristes italiens se sont installés dans le quartier de Carmine. Le diocèse venait juste de fermer l’imposante église Ste Maria del Carmine et cherchait quelqu’un pour s’en occuper. Le but n’était pas simplement d’être les conservateurs de bâtiments historiques mais d’avoir une présence dans un quartier qui a ses besoins propres et ses opportunités. Après un temps d’observation et de réflexion sur ce qui était réaliste de faire, la décision a été prise de se centrer sur la jeunesse.

Mais comment ?



Plutôt que d’aider les jeunes déjà en difficulté, l’idée a été de vouloir faire quelque chose pour aider d’abord  les jeunes à éviter les ennuis. Le résultat est “Carmen Street”, un centre pour les jeunes. Le centre est ouvert à tous, spécialement aux jeunes gens. Il a évolué au cours des années, mais l’accent principal est resté celui de mettre ensemble au même endroit des jeunes « ordinaires » et des jeunes en difficultés. Ils se socialisent ensemble, s’engagent dans différentes activités y compris de se retrouver dans un même lieu pour faire leurs devoirs. 

Se connaître les uns les autres 


Ce n’est pas un “ghetto” pour des jeunes à problèmes ou pour des immigrés ou pour d’autres. En 2014, environ  200 jeunes sont venus au centre de manière régulière. Parmi eux, 70% étaient des étrangers de 30 nationalités différentes. C’est une des particularités de Carmine – un melting-pot culturel et ethnique. Le centre donne aux jeunes italiens du coin et aux enfants de familles  immigrées l’occasion de se connaître les uns les autres et de devenir amis. 

Que peut signifier un Nom ?

Les espaces médiévaux qui entourent l’ancienne église carmélite de Ste Maria de Carmine ont le caractère italien, les jeunes, eux, jouent, étudient, organisent des activités ou simplement se parlent. C’est une simple formule mais cela marche bien et le centre a développé un caractère propre distinctif.

 Un mot sur le nom “Carmen Street”. Il vient des jeunes eux-mêmes. Il y a un jeu de mots.  “Carmen”, dans le dialecte de Brescia, ne se réfère pas à l’opéra mais au quartier même de Carmine. “Street” est bien street, un mot anglais importé et combiné avec une expression locale pour donner à ce nom un caractère particulier pour les jeunes oreilles du quartier. C’est local et universel.

No comments:

Post a Comment