Sunday, 16 July 2017

« Aime cette ville ». Faire au hasard des gestes d’amabilité spontanée






 

 

 C’est en août 2013, à Auckland, en Nouvelle-Zélande, qu’a été organisé le premier « Aime cette ville ». De nos jours, de nouveaux événements ont lieu à travers le pays et dans d’autres continents. 

 
 


 
 
Qu’est-ce qui est au coeur de “Aime cette ville” ?
 

 Pour un video cliquez ici




Au cœur même de ce mouvement, il y a « l’amour purement gratuit », pour des gens qui se rassemblent de tous les coins de la ville et témoignent de l’amour et de la gentillesse de Dieu, sans rien attendre en retour. 

 

Queen's Street, Auckland


L’accent est mis aussi sur l’hommage rendu aux personnes qui servent nos villes, et qui souvent ne sont pas reconnues ; parmi elles,  les forces de police, les chauffeurs, les balayeurs de rue et les propriétaires d’échoppes.

 

« Aime cette cité » donne aussi l’occasion aux gens de faire l’expérience de ce que l’on ressent quand on donne et témoigne de l’amour de cette manière. Nous avons découvert que pour les plus jeunes en particulier, c’est une manière amusante et stimulante d’aller vers  les autres, et pour beaucoup une étape vers d’autres formes d’ouverture aux autres.

 

 

Que se passe-t-il à un “Aime cette ville” ?
 

 Des personnes  de différentes parties de la ville se rencontrent à un endroit désigné. Des équipes sont formées et envoyées à travers la ville pour manifester de l’amour aux gens.

 

La plupart des équipes partent jeter des “bombes d’amour”. Elles s’approchent d’une personne étrangère qui ne se doute de rien et versent sur elle leurs cadeaux avec une carte : « Vous avez été bombardé(e) d’amour ». Souvent les personnes ne voient rien venir ; elles sont très étonnées - beaucoup ont des larmes aux yeux - de recevoir un tel amour en toute gratuité. Les destinataires de ces bombes sont aussi les personnes qui servent la ville : chauffeurs de bus, balayeurs de rues, policiers, propriétaires d’échoppes, qui reçoivent une carte « Merci pour servir notre ville »

 

Baptist Tabernacle, Queen's Street, Auckland


D’autres activités se font la nuit, comme

   servir les SDF en leur distribuant de la nourriture, des vêtements, des couvertures ; leur peigner les cheveux ; leur donner des tickets de bus ;

  distribuer en ville des panier-surprise de provisions  à des familles nécessiteuses ;

· d’autres actes aimables au hasard, tels que payer des repas, des articles d’épicerie, de l’essence.

 

Sunday, 9 July 2017

Un nouveau ministère à Notre-Dame de France : le Sanctuaire sur la Place






De Londres, Catherine Jones SMSM et Kevin Mowbray SM rapportent : « Dans la vie de Notre-Dame à Londres, un nouveau nom est apparu : le Sanctuaire sur la Place. C’est le nom choisi pour un nouveau ministère ici, à NDF. Il a démarré début mai, après plusieurs années de discernement et de planification.

 

Le Sanctuaire sur la Place, composé d’une équipe de volontaires (qui recrute encore) offre un espace à des femmes, à la Maison Pierre Chanel, pour pouvoir se relaxer et se sentir chez elles, dans un environnement amical et confidentiel. Il est ouvert chaque mercredi après-midi et permet à nos hôtes de profiter d’un après-midi de détente et d’amitié autour d’une tasse de thé, et quelque chose à manger. Il y a aussi un coin de jeux surveillé pour les enfants, ce qui permet aux femmes d’amener avec elles leurs gosses. Certaines sont heureuses de pouvoir simplement s’asseoir et lire un magazine, d’autres de discuter avec un(e) volontaire ou une autre personne. D’autres encore prennent part à différentes activités récréatives. Il y a beaucoup de rires, et de larmes aussi.

 
 
 


Pour le moment les volontaires offrent un accueil et une oreille attentive. Progressivement, selon les besoins, nous développons un fichier de services de référence : écoute, hébergement, santé mentale, etc. Nous espérons avoir suffisamment de volontaires pour que le Sanctuaire reste ouvert durant les vacances estivales de juillet/août, car nous sommes conscients que beaucoup d’autres services sont fermés durant cette période, qui est aussi un moment  difficile pour beaucoup de femmes que nous espérons servir.


Cela fait juste un mois que fonctionne le Sanctuaire sur la Place. Chaque semaine nous sommes étonnés par la diversité et les dons des femmes qui viennent, et la manière dont elles ont entendu parler du centre. Nous sommes fortement convaincus que la providence divine est à l’œuvre dans cette petite initiative, et nous vous demandons de prier pour nous. Si vous passez à Londres, venez nous voir le mercredi après-midi.

 



C’est un lieu très mariste où se trouver, dans une attitude d’écoute attentive et de présence à toutes les personnes qui viennent, où quelque chose de nouveau est en train de naître. C’est aussi un effort de collaboration commune impliquant des Maristes de trois branches : la Société de Marie, les Soeurs maristes (Carmel Reynolds SM) et les SMSM. »

 

Catherine Jones, smsm, (volontaire) et  Kevin Mowbray, sm (accompagnateur)

 

 

 

 

 

Saturday, 1 July 2017

Juan Gonsález SM: une période de préparation à mes prochaines responsabilités





Juan González SM



En 2016, après onze ans  de ministère à Brooklyn, NY,  j’ai quitté  la paroisse St François d’Assise/St Blaise que les Maristes rendaient à l’archidiocèse de New York après 32 ans de présence.

 

Je suis reconnaissant à mon provincial, le P. Paul Frechette sm, de m’avoir donné l’occasion de bénéficier d’une longue période de préparation à mes prochaines responsabilités de curé de Notre-Dame des Victoires (NDV) à San Francisco, en remplacement du P. René Iturbe sm.

 

 

 

Après des vacances et une visite à la mission de centre-ville de Notre-Dame de France à Londres, j’ai passé un mois très riche à La Neylière, en France, où sous la direction de Bernd Kordes sm, j’ai redécouvert notre histoire et notre spiritualité maristes. Le point d’orgue fut la visite des lieux d’origine de la Société. Mon séjour à La Neylière a fait grandir en moi mon appréciation de faire partie d’un effort international d’évangélisation dans une perspective colinienne.

 


 

J’ai passé aussi une semaine à Rome, à la Maison générale de la Société. Je dois avouer que j’étais un peu angoissé par les défis qui m’attendaient dans mon prochain poste, mais j’ai été beaucoup aidé par quelques discussions rassurantes que j’ai eues.

Suivit une retraite de 30 jours à la maison de retraite du Sacré-Cœur tenue par les Jésuites à Sedalia, Colorado. Les Exercices ignatiens ont été une expérience inspirante du fait que j’ai eu la chance d’avoir un grand directeur. Durant la retraite j’ai reçu de nombreuses grâces. Je suis reconnaissant pour ce moment culminant de mon année sabbatique.

Plus tard, dernier élément de mon temps sabbatique : la conférence sur le leadership d’abord, puis l’atelier mariste sur les églises de centre-ville, à Londres, du 1er au 5 mai 2017.

 

 

Avant la Conférence j’avais lu le livre du P. James Mallon : Rénovation divine. Les conférenciers que j’ai le plus appréciés sont le cardinal Tagle, Jean Vanier et le P. Mallon. Je suis toujours en train de voir quels aspects du programme Alpha pourraient être le plus profitables à NDV.

Ce que j’ai le plus apprécié à Londres, ce furent les deux derniers jours consacrés à notre charisme mariste et à la nouvelle évangélisation. Le partage de nos expériences de ministères variés en centre-ville a élargi ma connaissance de l’application au jour le jour d’une évangélisation en milieu paroissial non traditionnel. Cela faisait du bien d’écouter les histoires personnelles de ministère dans un contexte urbain plein de défis.

J'ai pris mon nouveau poste le 1er juillet. Vos prières seront appréciées par notre équipe de NDV.

 

Sunday, 25 June 2017

Liturgies alternatives pour l’église de centre-ville à Wellington?




Un changement dans le ministère en centre-ville à la paroisse St Mary of the Angels, à Wellington, pourrait bien être possible.

Cela fait suite à un cours de leadership Alpha et d’une rencontre des maristes engagés dans les ministères en centre-ville, à Londres, auxquels un membre de l’équipe, le P. Kevin Convoy, a participé avec 6.000 délégués de toutes dénominations.

 

Ce serait un plus pour cette église dont les structures anti-sismiques ont été récemment renforcées. C’est ce que suggère le P. Conroy : A travers le cours catholique Alpha, la paroisse St Mary of the Angels ne pourrait-elle pas rejoindre davantage de monde à Wellington, en proposant un style liturgique alternatif, et miser sur la prière d’intercession autour d’un noyau de paroissiens ?

 
 
« rempli d’énergie et d’espoir »

Pour le P. Conroy, se retrouver avec des milliers de personnes, jeunes principalement et passionnées par leur identité chrétienne, l’a « rempli d’énergie et d’espoir ». La Conférence fut de « grande  qualité » ; le cardinal Tagle et Jean Vanier ont été des intervenants exceptionnels. « Ils m’ont touché par leur simplicité, leur joie et leur sagesse », note Kevin.

Le cardinal Tagle a décrit un leader dans l’Eglise comme quelqu’un qui doit avoir une vision solide et qui, d’un point de vue pratique, doit pouvoir en rendre compte par son exemple quand il rencontre les gens. »

Et le P. Conroy de citer le cardinal : « Souvent les gens viennent plus avec leurs dilemmes qu’avec des problèmes à résoudre. Un bon leader aide une personne à trouver un sens, plutôt que de lui donner une solution. »

Le P. Conrroy résume la définition de leadership selon Jean Vanier, comme étant simplement “l’aide apportée aux gens pour croître en leur humanité par une écoute attentive. »



Réseau mariste d’églises en centre-ville

Vingt Maristes du réseau des églises en centre-ville de Wellington, Sydney, San Francisco, London, Passau, Rome et Mexico ont participé à la Conférence Alpha sur le leadership et à l’atelier mariste qui  a suivi pour mettre en commun leur expérience. C’était la suite du premier atelier mariste qui avait eu lieu à San Francisco en août 2015.

 



La Conférence Alpha a été soutenue par plusieurs personnalités catholiques éminentes dont le cardinal Christoph Schonborn, et le prédicateur de la Maison papale, le P. Raniero Cantalamessa. Dans une interview, le cardinal Schonborn

a déclaré qu’Alpha nous aide à avoir moins peur de mener les gens à Jésus ; cela nous donne de la joie.

 

Du point de vue des paroisses, un utilisateur du programme, Don Francesco Bonucci, franciscain, déclare que « le programme Alpha a la capacité de transformer la paroisse. »

Sunday, 18 June 2017

Quand Michael Whelan “blogue” de Londres à Sydney




 
Durant le séminaire à Londres en mai, Michale Whelan a « blogué » avec ses amis et collaborateurs à Sydney. Voici quelques extraits.

 


Un impératif global

 

En octobre 2007, à une réunion du Conseil provincial d’Australie à Hunters Hill avec le Supérieur général Jan Hulshof, une lettre a été discutée. Elle venait du cardinal Pell, qui s’opposait à ma nomination comme curé de St Patrick.  Jan affirmait qu’une église de centre-ville comme St Patrick était, dans le monde, la cible  de groupes tels que l’Opus Dei, et que la Société de Marie devait en faire une  mission internationale de la Société.

 

A la rencontre des gens

A Londres j’ai pensé à l’appel du pape François à la « proximité », dans une « culture de la rencontre », dans Evangelii Gaudium. J’attends avec impatience l’exploration de cette manière d’être présent à St Patrick. Pour moi, un thème important qui a émergé, c’est que les Maristes  devraient avoir une présence dans la cité permettant aux gens d’avoir un sentiment d’appartenance, d’acceptation et de sécurité. Cela devient pour eux une « expérience » de Dieu et une expérience de l’Eglise.

Utiliser l’espace

 
 
 


J’aimerais revenir sur l’utilisation de la salle sous le Café. C’est une  propriété de toute première  importance  (!) ;  je ne pense pas que nous l’utilisons bien en ce moment. Nous pourrions en faire un centre de documentation, un lieu de rencontre pour de jeunes adultes….  Je pense aussi au besoin d’aller davantage vers les gens, de s’occuper d’eux. Pour moi, attendre qu’ils viennent discuter avec nous me semble être une perte de temps. Il faut faire plus ; par exemple, se rendre disponible dans la crypte, pour prier avec eux à leurs intentions particulières.  

 

Lire les signes des temps : abus sexuels dans l’Eglise

 

Y a-t-il quelque chose de positif, pour nous Maristes, dans le fait des abus sexuels ? Pour moi, c’est une question qui est sortie de notre discussion sur ce nous pouvons faire.  Dans ce genre de réunion, nous recherchons les choses positives : la miséricorde, la créativité, l’inclusion, l’hospitalité, etc. Mais ne devrions-nous pas aussi réfléchir sur les choses qui nous mettent davantage au défi,  qu’on considérerait facilement comme des obstacles sur notre route ? Bien traiter de la question des abus sexuels parmi nous, ne serait-ce pas une manière de pratiquer la miséricorde ?

 

Sunday, 11 June 2017

L’Esprit dans le Festival de la Cité 2017







 
L’Esprit dans la Cité est actuellement le plus grand festival catholique que l’on puisse trouver au coeur de Londres.
 
 

Le comment et le quoi

 


L’Esprit dans la Cité célèbre la Bonne Nouvelle du christianisme et accueille des gens de toute foi, âge et style de vie. Il offre l’occasion de se poser des questions plus profondes sur la vie, et de chercher de nouvelles manières de se connecter à Dieu et aux personnes qui nous entourent.


Nous cherchons à partager et à célébrer notre foi, principalement en étant présents en tant que communauté de croyants. Nous exprimons notre foi à travers la liturgie : messe, adoration eucharistique, prière du soir, tout cela dans l’église locale Notre-Dame-de-France, sous la tente de prière ou à Leicester Square où se produisent différents groupes musicaux.  

Mgr Romero avait été assassiné après trois années de combat pour les droits des pauvres, durant  la guerre civile qui a déchiré le Salvador. Venez vous joindre à nous, à Notre-Dame-de-France, le vendredi 9 juin, à 19 h 30, pour une belle représentation théâtrale de sa vie.

Le pourquoi

 

La mission de L’Esprit dans la Cité, c’est :


apporter directement la foi dans ce ‘haut lieu’ du divertissement,

 


donner aux gens l’occasion de réfléchir plus profondément sur leurs vies et de rencontrer le message évangélique,


donner à la communauté catholique l’occasion de se former et de prier en se rencontrant et en célébrant l’Esprit dans notre cité.

 

 

Sunday, 4 June 2017

« Mais pourquoi n’êtes-vous pas catholiques ? »



Parmi les différentes formes d’évangélisation et de renouveau ecclésial qu’offre le ministère en centre-ville, le ministère mariste traditionnel de l’éducation a une place nécessaire.

A San Francisco, la paroisse et l’école de Notre-Dame des Victoires travaillent étroitement ensemble. Les programmes incluent :

la catéchèse,



 

le service des pauvres, impliquant enfants et parents,

 

des programmes destinés aux parents.

 

Récemment une famille de San Francisco s’est arrêtée à la Maison générale alors qu’elle visitait Rome. Les parents, Kathy et Jahan, sont des convertis à la foi catholique ; tous deux sont de familles d’origine iranienne. L’Iran d’aujourd’hui, c’est la Perse d’autrefois. Ils ont été touchés d’apprendre que sous la Maison générale il y a une catacombe attachée à deux martyrs perses du 3è siècle, Abdon et Sennen.

 

Si la famille est catholique aujourd’hui, c’est parce qu’un jour, leur fils aîné, Darian, revenant à la maison, a parlé à ses parents d’un des programmes organisés par l’école pour les familles, et qu’il leur a posé la question : « Mais pourquoi n’êtes-vous pas catholiques ? »